Roulez Jeunesse avec Eric Judor : notre coup de coeur de l’été !

Notre avis

810 On a deux GROS coups de coeur cet été. Mission Impossible Fallout (un must du film d’action) et dans un autre genre Roulez Jeunesse, dramédie qui touche en plein coeur avec un Eric Judor surprenant.

On s’attendait à une comédie des plus bien franchouillardes avec des gags lourdingues imaginés au camping des flots bleus entre les tranches de saucissons, les cahouètes, et le rosé. C’est tout le contraire. Roulez Jeunesse nous a fait rire, pleurer et redonner goût au cinéma français.

comédie

Eric Judor est éblouissant en Alex, un quarantenaire loser, dépanneur automobile « adulescent » en t-shirt jaune, qui vit au crochet de sa mère. Sa vie de célibataire sans reponsabilité est plan plan au possible jusqu’au jour où il est dragué par une cliente qui l’invite chez lui pour une nuit d’ivresse. Mais le lendemain, elle a disparu. Alex se retrouve seul dans une maison avec trois enfants. N’ayant aucune idée de ce qu’il va bien pouvoir en faire, il se retrouve embrigadé dans une histoire qui le dépasse…

Cela démarre comme une comédie avec un adulescent solitaire confronté à la réalité de ce qu’est un enfant. Puis sans crier garde, le film bascule vers le drame social (Julien Guetta revendique Ken Loach comme inspiration) au fur et à mesure que le personnage principal est dépassé et cherche à réagir. Pour son premier rôle dramatique, Eric Judor vise juste. L’acteur de Platane excelle, aidé par une mise en scène vive et rythmée, des acteurs secondaires attachants et extrêmement bien dirigés, et des dialogues qui oscillent entre l’humour et l’émotion. La force émotionnelle du film se dévoile progressivement.

comédie

Oubliez le Eric Judor des films de Quentin Dupieux, de Platane, Problemos ou de la Tour Montparnasse Infernale (que l’on adore dans ces rôles par ailleurs), celui-ci saura vous surprendre et vous toucher durablement.

Un film authentique loin des clichés du genre. Un vrai de coup de coeur.