Les Nouveaux Héros : Du Marvel sauce Disney (et pas vice versa)

Notre avis

710 Ecartelé entre un récit destiné aux plus jeunes et une volonté farouche de séduire les fans de Marvel, Disney accouche avec Les Nouveaux Héros d’un film d’animation souffrant d’un manque dommageable d’identité. Reste le personnage de Baymax, véritable trouvaille qui emporte l’adhésion.

Les Nouveaux Héros : la critique du film [Filmsactu]

Les Nouveaux Héros – la critique du film

Propos :Un génie de la robotique nommé Hiro Hamada, se retrouve embarqué dans un complot criminel qui menace de détruire la ville imaginaire de San Fransokyo. Avec l’aide d’un robot nommé Baymax, son plus proche compagnon, Hiro s’associe à une équipe de jeunes inventeurs en herbe et se donne pour mission de sauver la population…


Les Nouveaux Héros« Disney + Marvel, une vraie bonne idée ? »


Alors que Les Gardiens de la Galaxie se sont solidement harnachés au grand écran cet été et que le tube Let It Go ne cesse de rendre dingues parents et grands frères, voici que la première collaboration entre Disney et le catalogue de Marvel pointe enfin le bout de son nez. Très librement inspiré de Big Hero 6 – un comic book relativement obscur paru outre-Atlantique à l’orée du nouveau millénaire – la nouvelle production en images de synthèse estampillée Mickey a ainsi la lourde tâche de prendre le relais de La Reine des Neiges et de confirmer le retour en forme des studios d’animation de la maison mère. Produit d’une alliance à simple but mercantile ou vraie bonne idée, qu’en est-il donc de ces Nouveaux Héros ?

Les Nouveaux Héros« Prometteuse sur le papier, la ville imaginaire de San Fransokyo déçoit »

Loin de ses classiques histoires et contes consacrés à des princesses et animaux doués de parole, Disney ambitionne ici d’emmener la jeunesse à la découverte de San Fransokyo, ville cosmopolite remplie de gadgets high-tech et peuplée de petits génies en puissance. Créée tout spécialement pour le film (les aventures papier se déroulaient à Tokyo), ce paradis des geeks censé piocher aussi bien dans l’architecture de la capitale nippone que dans celle de « Fog City » était en effet l’un des aspects tout particulièrement attendu de cette nouvelle licence. En théorie atypique, le cadre géographique risque pourtant de faire déchanter plus d’un spectateur en mal d’émerveillement. Étonnamment en retrait durant le métrage, San Fransokyo se révèle en plus assez quelconque d’un point de vue artistique, chose à laquelle ne nous avaient pas habitués les créateurs du studio.

Les Nouveaux Héros« Baymax, aux antipodes du super-héros classique, est une véritable trouvaille »



Second atout annoncé des Nouveaux Héros, le robot Baymax s’avère être au contraire une véritable trouvaille. Egalement remodelé à l’occasion de son passage à l’écran (il a troqué son design dragonesque originel contre la tunique de notre bibendum national), le robot, cœur battant du récit, est un personnage immédiatement attachant. Porteur d’un message profondément sain (incapable de violence, ses seules fonctions sont de soigner et réconforter), il fait le lien entre le personnage principal (Hiro) et son grand frère disparu, et est aux antipodes du super-héros classique. Avec un tel protagoniste entre les mains, les scénaristes de Monstres Academy ne se sont donc pas privés de jouer à fond la carte de l’émotion quitte à malheureusement rendre les tenants et les aboutissants du récit assez prévisibles pour les moins jeunes. Malgré tout, le propos, bien que clairement adressé aux chères têtes blondes, est loin d’être idiot, abordant tour à tour et de façon subtile divers thèmes sérieux tels que le travail du deuil ou le passage à l’âge adulte.

Les Nouveaux Héros« Les Nouveaux Héros devrait combler la grande majorité des enfants »

Avec ses airs de blockbuster super-héroïque et son animation d’une fluidité sans faille, la réalisation de Don Hall et Chris Williams s’apparentera ainsi clairement à de la contrefaçon pour qui y voyait potentiellement un Avengers version animé. Si elle pâtit d’une identité visuelle relativement peu inspirée, mixant sans grande réussite les influences geeks (Iron Man, Stargate, Les Indestructibles), ainsi que d’une galerie de personnages vite oubliés (à l’exception de l’inévitable Baymax), cette origin story en forme de plaidoyer pour la science devrait en revanche combler la grande majorité des enfants. Les Nouveaux Héros ayant en outre particulièrement bien performé aux Etats-Unis (le film y est sorti en novembre dernier), gageons que Disney saura livrer une suite plus aboutie d’ici quelques années.