Justice League : pari réussi pour Zack Snyder/Joss Whedon ? verdict

Ainsi, malgré une introduction expédiée un peu trop rapidement pour The Flash, Aquaman et Cyborg (deux heures de film c’est trop peu), Justice League réussit tout de même l’exploit de les intégrer magnifiquement à la Team en posant les bases de leurs personnalités/atouts et en faisant naître des promesses pour le futur.

Et c’est clairement le point fort de ce film : cette Team fonctionne parfaitement du début à la fin et se complète exactement là où il y en a besoin sans en faire de trop. Résultat, on s’attache en deux secondes à tous ces personnages, on vibre avec eux et on ne souhaite plus les quitter. Une situation inédite comparée aux précédents films, qui montre la réelle évolution entamée par DC.

Mais si la Team fonctionne aussi bien c’est également grâce à l’ambiance générale du film. Oubliez le ton sombre et chaotique des autres longs-métrages, Justice League se veut plus léger et fun.

De quoi donner naissance à une pâle copie des Marvel ? Pas du tout. Grâce à l’apport des nouveaux personnages (notamment Aquaman et The Flash qui volent la vedette aux autres), l’allègement du ton qui devient plus coloré se fait tout naturellement. Rien ne paraît forcé et on a le droit à un humour ultra efficace grâce à un choc des mondes entre l’univers sombre/froid de Bruce Wayne, la coolitude/badasserie d’Arthur Curry ou la naïveté/inexpérience de Barry Allen. Chaque blague sonne juste, ce qui est à la fois rafraîchissant et… un soulagement.

Un film de transition qui fait le boulot

Enfin, si Justice League n’est pas aussi créatif et maîtrisé que Man of Steel et Batman VS Superman (malgré leurs défauts, il y a une réelle vision d’auteur derrière), ce film possède quelques séquences particulièrement jouissives qui sentent bon la patte Zack Snyder. On ne peut évidemment pas vous les citer au risque de vous gâcher la surprise, mais malgré ses faiblesses scénaristiques et de rythme, Justice League nous en met plein les yeux quand il le faut. C’est souvent court, mais on prend.

Justice League

Au final, Justice League apparaît comme un film de transition. Il gomme les erreurs passées et apporte les améliorations attendues et nécessaires. Seul problème, cette transition n’est pas totalement maîtrisée, ce qui donne lieu à un résultat fun et épique, mais également très maladroit (on sent que le mélange des deux visions de Zack Snyder et Joss Whedon, les deux réalisateurs, ont du mal à cohabiter ensemble).

Heureusement, ce sont les intentions d’améliorations qui priment cette fois-ci sur les défauts et qui nous laissent espérer un renouveau parfait pour la suite. En attendant, on a retrouvé nos super-héros et on savoure.