Deadpool 2 : deux fois plus véner et deux fois plus con – critique du film

Notre avis

710 Vous avez aimé le premier film ? Vous jubilerez devant cette suite. Ryan Reynolds s’amuse comme un fou dans son costume moulant de super-héros décalé, vulgaire et insolent, et nous aussi. Dommage juste que le scénario ait été oublié… Mais il reste les gags, les caméos et la scène post-générique. Bienvenue au Ryan Reynolds Show

Comme vous, on attendez avec impatience ce Deadpool 2. Pour revoir Ryan Reynolds masqué botter des culs (et en caresser au passage), pour Josh Brolin en Cable, pour la X-Force, pour David Leitch, co-réal de John Wick venu ici remplacé par Tim Miller et aussi parce que la promo du film est juste dingue et exemplaire de drôlerie.

Puis aussi parce que depuis Kick-Ass, Deadpool présente une véritable alternative débile, trash, irrévérencieuse aux films de super-héros Marvel et DC. Verdict ? Il y a du bon, du très drôle… et du moins bon.

Ce que l’on a aimé :

-Les blagues et les punchlines. Irrévérencieux au possible, obsédé jusqu’au bout du gland, Deadpool enchaîne les scuds verbaux comme personne et brise toujours ce quatrième mur (c’est à dire qu’il nous parle directement à nous spectateur).

-The merc with a mouth ne recule devant rien pour se moquer des autres (Thanos, DC, Batman, Avengers, Goonies) et de lui-même (coucou Green Lantern).

-La scène d’intro. Magique ! Surtout avec Céline Dion au générique.

-La scène post-générique. L’une des plus drôles jamais vues dans un Marvel. (Une seconde était prévue mais a été censurée par la Fox).

-La X-Force, Domino (Zazie Beetz d’Atlanta) et son pouvoir de la chance (dont le rôle a été augmentée lors des reshoots) et Peter, un type ordinaire, en tête. Peter est déjà culte!

-Les apparitions surprises ne manquent pas. Certaines sont vraiment inattendues. Ouvrez bien l’oeil !

-Quand Deadpool se moque des X-Men (on ne s’en lassera jamais)

-Plus de vannes mais aussi plus de gore. La surenchère est au maximum.

Deadpool 2

Ce que l’on a moins aimé :

– L’absence totale de scénario. Pour un film dont le running gag est la paresse des scénaristes à Hollywood, c’est quand même culotté d’avoir oublié d’en écrire un !

– la X-Force. On l’aime et en même temps, on ressort frustré du peu de place qu’elle prend dans le film. A part Domino et le génial Peter, les autres persos sont vraiment expédiés.

– L’action. Deadpool ne renoue pas avec le spectaculaire du final du premier film. David Leitch nous aura habitué à mieux avec John Wick et Atomic Blonde. Mais bon, cela reste percutant. On espérait juste mieux.

– Trop de blabla. Certes, les dialogues sont la grande force de Deadpool 2. En même temps, à trop en faire, ils noient parfois le rythme du film. Notamment dans une scène finale interminable…

– Cable. Le gros ratage de Deadpool 2. Aussi badass que Josh Brolin peut-être, Cable finit par ressembler à un gros bisounours un peu lourdaud. Dommage.

Deadpool 2

Bref, pas exempt de défauts, décevant par bien des aspects, Deadpool 2 n’en demeure pas fun, débile comme on l’aime et nous fait ressortir avec un grand sourire aux lèvres. Le pari est en parti gagné. Mais Ryan, tu risques de ne pas nous avoir une troisième fois. Il va falloir faire un effort de scénar pour la suite.

Deadpool 2