Conjuring 2 le cas Enfield : on a vu le film et on a flippé !

Notre avis

810 Oui Conjuring 2 : Le Cas Enfield est flippant ! Présentée comme l’Amityville british, la seconde enquête sur grand écran des époux Warren témoigne du savoir-faire impressionnant de James Wan. Conjuring 2 est le shoot d’adrénaline que l’on espérait. Les amateurs de trouille sur grand écran ne peuvent que remercier la réalisateur australien.

James Wan est l’un des artisans les plus doués du moment en matière d’épouvante. A son palmarès le premier Saw (de très loin le meilleur), Insidious, The Conjuring et maintenant The Conjuring 2 : Le Cas Enfield.

Après Fast and Furious 7, le cinéaste australien aurait pu poursuivre dans le blockbuster over the top et over budgetisé. Mais non, il a préféré retourner à ses premières amours. A savoir l’horreur. Avec néanmoins pour ambition de rivaliser avec les classiques du genre des 70’s. A-t-il réussi son défi ?

Conjuring 2

Voici en 10 points pourquoi on a aimé Conjuring 2 : le Cas Enfield.

– Après le très décevant Insidious 2, James Wan prouve qu’il en a toujours dans le ventre en matière d’horreur.

– Généreux, son film fourmille d’idées et de trouvailles pendant 2h17.

Conjuring 2 fait peur. Wan a su repousser les limites sensorielles. On a beau avoir vu des dizaines de films de maison hantée et des centaines sur la possession, le réalisateur parvient à nous déstabiliser avec une poignée de séquences réellement terrifiantes. On retiendra l’ébouriffante scène d’intro à Amityville ainsi que celle dans le bureau d’Ed Warren avec le tableau maudit, qui s’impose déjà comme une référence de par sa tension et son ambiance malsaine. La scène des crucifix inversés est également des plus réussies.

Conjuring 2

Conjuring 2 est sans aucun doute le travail le plus habilement filmé de James Wan. Du montage aux jeux de lumière, cadres, chorégraphie… visuellement, c’est splendide. Techniquement, James Wan est au sommet de son art.

-Les démons sont particulièrement réussis. Sans spoiler, le personnage de la nonne restera ancré dans l’imaginaire des spectateurs. Pas étonnant qu’un spin-off la concernant est déjà été commandée !

-Que cela soit avec une chaise, un jouet, un fauteuil, James Wan parvient à dépoussiérer les codes que l’on croyait usés du film de maison hantée. De quoi dormir quelques temps avec la lumière allumée.

-Le développement des personnages nous les rend attachants et accentue forcément l’angoisse lorsque le mal se propage.

-James Wan n’a pas oublié l’humour ! Les gags sont multiples et permettent de détendre les spectateurs avant de leur asséner le prochain coup de massue. Dans une interview accordée à AlloCine, il décrit même Conjuring 2 comme une comédie !

-L’accroche « inspirée d’une histoire vraie » fonctionne toujours bien. Même si au final, l’histoire a fortement été romancée et amplifiée (et que les époux Warren n’ont pas contribué à résoudre le mystère de la famille Hodgson qui n’était qu’un canular).

Aussi réussi qu’il soit, Conjuring 2 n’est pas non plus exempt de défaut. Comme cette parabole romantique entre les époux Warren qui semble superflu, une morale catho parfois fatigante (arg un démon, vite prions !), un final qui n’a pas l’intensité des deux premiers actes….

Mais qu’importe. Conjuring 2 est le shoot d’adrénaline que l’on espérait. Les amateurs de trouille sur grand écran ne peuvent que remercier James Wan.

Conjuring 2

Conjuring 2